Tapatumo problema Marie Ndiaye romanuose
Straipsniai
Eglė Kačkutė
Publikuota 2015-01-01
https://doi.org/10.15388/Litera.2004.4.8179
PDF

Kaip cituoti

Kačkutė E. (2015) „Tapatumo problema Marie Ndiaye romanuose“, Literatūra, 46(4), p. 95-103. doi: 10.15388/Litera.2004.4.8179.

Santrauka

L’article traite le problème de l’identité féminine dans les deux derniers romans de l’auteur française Marie Ndiaye La Sorcière et Rosie Carpe. La notion d’identité est abordée à travers des théories contemporaines d’identité, résumées par Calvin O. Schrag dans le livre The Self After Postmodernity (Le Soi après la Postmodernité), et celle de Judith Butler. Nous nous concentrons sur trois aspects d’identité : discursif, actif et communautaire. L’auteur de l’article se pose pour but de prouver que la résolution du problème d’identité dans la littérature des femmes a changé dans les dix dernières années. Les écrivains femmes des années 70 et 80 posent le problème d’identité féminine de point de vue du genre, tandis que Ndiaye présente le problème du point de vue universel, c’est-à-dire, communautaire et social. L’identité chez Ndiaye ne peut pas être établie qu’à travers la communauté sociale représentée par la famille. Nous parvenons à la conclusion que les personnages des romans analysés, étant à la recherche perpétuelle de leur identité ne parviennent quand même pas à la créer.
PDF

Susipažinkite su autorių teisėmis žurnalo politikoje skiltyje Autorių teisės.